Une mémoire qui n'est plus un souvenir

Mémoire traumatique

Les recherches effectuées depuis plusieurs décennies sur le syndrome post-traumatique montrent l'importance des vécus corporels et émotionnels et expliquent les processus mis en place par l'organisme pour assurer sa survie; notamment, celui du processus dissociatif qui va empêcher le stockage de l'événement ou de la situation comme un simple souvenir et engendrer une mémoire traumatique. (cf. Travaux et écrits de Muriel Salmona).

Dans la mémoire traumatique, l'événement -même totalement oublié- peut être réactivé dès lors que la personne retrouve dans son environnement les informations relatives aux conditions dans lequel s'est passé l'événement traumatique: flash-back, sensations particulières, vécus corporels etc.

Les différents moyens artistiques permettent, par la mise en forme, une réactualisation des traces de l'événement voire de l'événement lui-même et d'en libérer le poids traumatique et répétitif.

Mais bon nombre de patients n'ont pas vécu d'événements traumatiques et leurs difficultés renvoient alors non à un encombrant présent mais à des résonnances très puissantes qui, comme des cordes vibratoires, sont elles aussi puissament réactivées au moindre déclencheur. C'est cette forme de mémoire non vécue mais transmise que j'appelle "Mémoire Fondamentale".

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

11.03 | 21:24

pourrais savoir ou m'adresser pour rencontrer un thérapeute sur ce travail

...
27.09 | 20:11
Contact a reçu 1
27.09 | 20:05
ACCUEIL a reçu 1
04.06 | 13:44
Introduction a reçu 4
Vous aimez cette page